GreenR

Un Lucenois talentueux    

Ruben Longin, âgé de 15 ans seulement, est à l’origine de l’application GreenR

Engagé pour l’écologie et ambitieux, il lance aujourd’hui son application GreenR, une formidable initiative et une réelle nouveauté en son genre… Disponible sur IOS et Android, GreenR poursuit ses ambitions écologiques en aidant à protéger la planète.

Son fonctionnement ?  Le voici :

Il suffit de déclarer les déchets sauvages que l’on rencontre en 3 clics et/ou d’organiser une sortie pour nettoyer le « Spot »* le plus proche.

GreenR donne ainsi la possibilité d’agir facilement et concrètement. Des tas de sacs plastiques ? Des mégots de cigarettes à perte de vue  Des restes de repas abandonnés ? Dans toutes ces situations, le même réflexe : déclarer le Spot* sur l’application GreenR. Simple et rapide, il suffit de prendre quelques photos et d’écrire quelques mots pour déclarer le spot.* Si vous n’avez pas la possibilité de nettoyer ce spot,* quelqu’un d’autre pourra ainsi le faire.

Si vous êtes motivés et que l’écologie est un sujet auquel vous êtes sensible, vous pouvez voir le spot* le plus proche mais aussi l’itinéraire pour vous y rendre ! Vous pouvez alors organiser une sortie nettoyage (une GreenWalk) avec vos collègues, vos amis, ou en famille.

Gratuite et sans pubs, l’application GreenR ne collecte pas vos données ; seulement les déchets.

Lucenois de cœur, Ruben Longin est donc à l’initiative de cette application 100% lucenoise !

Pour en savoir plus et découvrir l’aventure GreenR, n’hésitez pas à consulter leur page Instagram : @greenr_app, que suivent déjà près de 2000 autres personnes !

* Lieu

Participation citoyenne

 

VOL PAR RUSE : LA CARTE ROUTIÈRE – Cliquez ici :  PC – VOLS PAR RUSE –

LE PROTOCOLE DE DISPOSITIF DE PARTICIPATION CITOYENNE.
Le dispositif de participation citoyenne consiste à faire participer les acteurs locaux de la sécurité, ainsi que la population concernée, à la sécurité de leur propre environnement, avec l’appui et sous le contrôle de l’Etat. Après analyse du contexte local pour déterminer les quartiers, les lotissements, les zones pavillonnaires des communes susceptibles d’être concernées, voire les secteurs plus ruraux de villages, il convient tout d’abord de rechercher l’adhésion des élus. Des actions ciblées de sensibilisation sont ensuite à conduire auprès de la population par les élus et les forces de sécurité. Enfin, le concept fondé sur la solidarité du voisinage, il s’agit de développer, chez chaque personne disposée à participer à sa propre sécurité dans son quartier, son lotissement ou son village, un comportement de nature à mettre en échec la délinquance. Ce dispositif, circonscrit dans l’espace, est à mettre en œuvre par étapes successives et à faire vivre dans un cadre partenarial : un protocole doit être élaboré à cet effet entre le Préfet, le maire et l’autorité judiciaire. Son application accroît l’efficacité de la lutte contre la délinquance d’appropriation, les informations reçues par les forces de sécurité leur permettant une présence sur le terrain mieux ciblée. Pour autant, les personnes participant à ce dispositif ne sauraient se prévaloir de prérogatives administratives ou judiciaires : en aucun cas par exemple, ils ne peuvent mettre sur pied un dispositif de contrôle du secteur concerné par ces habitants. Par ailleurs, la participation citoyenne contribue au renouvellement du “lien social” en ce qu’elle renforce le contact et les échanges entre les habitants du quartier ou de la résidence, générant ainsi des solidarités de voisinage. Le dispositif de participation citoyenne doit également se concevoir dans un ensemble global d’actions et non pas en tant que concept pris isolément : il s’inscrit dans la large gamme d’outils de prévention de la délinquance déjà existants.